Le jeudi 23 juin 2005.
Les tueurs d’animaux
Vous êtes ici : Accueil Jeux d’écriture Les tueurs d’animaux
Dans la même rubrique

Par un beau matin de mai Paul, 13 ans, se réveilla car la porte de leur cabane, qui était grande avait claquée, il regarda par la fenêtre ouverte et vit qu’il faisait jour. Il réveilla Jean, qui prit son arc et ses flèches, Paul, lui, prit sa baïonnette et ils partirent voir. Ils virent un loup, qui était gravement blessé.
-  Nous devrions le cacher dans notre chambre, dit Jean qui avait les cheveux courts et noirs.
-  Je ne sais pas car il est peut être dangereux, répondit Paul qui, lui, avait les cheveux bruns et frisés.
Deux minutes ,plus tard quelqu’un frappa à la porte et entra. Jean et Paul virent qu’ils étaient 5.
-  Vous n’auriez pas vu un loup, interrogea l’un d’eux
-  Non, répondit Jean.
-  Qui êtes-vous ? demanda Paul.
-  Des bûcherons, dit l’un d’eux.
Alors Jean et Paul comprirent que c’était ces 5 personnes qui avaient blessé le loup.
-  Nous devrions prévenir le garde-chasse, dit Paul, car ils en veulent au loup, il faut le protéger.
-  Ok ! Allons y, souffla Jean.
Ils enfermèrent le loup dans leur chambre et partirent en verrouillant la porte de leur cabane. Un quart d’heure plus tard, ils entendirent un coup de feu provenant de leur cabane. Jean remonta pour aller voir ce qui se passait, mais il se doutait que les bûcherons voulaient entrer dans la cabane. Paul fit de même. Quand ils arrivèrent les bûcherons entraient dans la cabane leur fusil à la main, ils étaient plus qu’avant : 10.
-  Que faites-vous ici ? interrogea Paul avec son air de petit voyou.
Il se fit poursuivre mais, il courait de ses forces sur un terrain humide au milieu de conifères et feuillus. Un des bûcherons finit par l’attraper mais Paul se débattait de toutes ses forces et finit par partir. Par malheur un arbre se dressait devant lui quand il se retourna, c’était trop tard, il fonça dans l’arbre.
Quand il se réveilla, il était enfermé dans une grotte. Jean partit à la recherche de son ami. Au bout d’un moment il vit les bûcherons qui repartaient. « Je suis sur le bon chemin. » se dit-il. Après quelque minutes, il vit Paul qui était assommé. Jean essaya de forcer la porte tandis que Paul se réveillait.
L’un des bûcherons retourna vers la grotte où était enfermé Paul. Jean ne le vit pas arriver.
-  Te voilà toi on te cherchait, dit le bûcheron en le poursuivant.
Jean finit par se faire attraper. Quand le bûcheron voulut le mettre dans la prison, Paul s’échappa et sauta sur le bûcheron. Jean, avec l’aide de son ami Paul, enfermèrent le bûcheron dans la grotte qui était sombre.
-  Allons chercher la police et le garde chasse, dit Paul.
Sur leur chemin, ils virent les bûcherons qui retournaient voir le prisonnier. Ils ne se doutaient de rien. Jean se fit voir mais il eut le temps de s’enfuir avec l’aide de Paul qui le tirait car Jean n’était pas très rapide en course encore moins sur un terrain humide. Jean se retourna par curiosité et vit qu’ils les avait semés. Il le dit à Paul qui ralentit aussitôt. Quand ils arrivèrent au commissariat les policiers ne comprenaient pas leur histoire. Il la trouvait sans queue ni tête, mais ils suivirent quand même les deux enfants. Paul leur dit de regarder devant eux. Ils virent 5 bûcherons qui sortaient d’une cabane une cage contenant un loup blessé.
-  Que faites-vous avec ce loup, demanda le chef de la police, posez-le à terre ou je tire.
L’un des bûcherons s’avança et dit qu’ils l’avaient trouvé dans cette cabane dans cette état là.
-  MENTEURS ! ! ! dit Jean énervé par leurs mensonges. Les policiers firent mettre en prison les bûcherons. Le loup, dut aller chez le vétérinaire. Paul demanda où le loup allait être relâché. Le vétérinaire dit qu’il allait être intégré dans un zoo. Les policiers, eux, dirent que ces bûcherons revendaient les animaux dans d’autres pays. Jean et Paul continuèrent d’aller voir le loup dans son zoo.


Laisser un commentaire à cet article

Plan du site Rechercher sur ce site Ecrire au Webmestre Accèder à l'interface de rédaction du site